Ouvrir son coeur | Alexie Morin

Je continue tranquillement ma découverte de la littérature québécoise, cette fois-ci avec un livre bien différent de Royaldont je vous parlais la semaine dernière. Dans Ouvrir son coeur, Alexie Morin nous propose une plongée très intime et sans aucune concession dans son enfance.

C’est l’histoire d’une petite fille, puis d’une jeune fille, qui grandit dans une région industrielle du Québec, à Windsor, en Estrie. Dans cette région, il n’y a pas grand chose à faire. Les parents travaillent tous à l’usine du coin, qui porte la ville à bout de bras. Très tôt, Alexie ne se sent pas à son aise parmi les autres. Les codes sociaux, elle ne les maîtrise pas. Et les autres le ressentent. Son enfance, Alexie la passe en grande partie toute seule. Surtout qu’elle a un défaut, Alexie. Elle a l’oeil croche. Généralement on appelle ça un strabisme. Et ça suffit aux autres enfants pour l’ostraciser. Elle a bien une amie, mais celle-ci ne semble pas tant assumer que ça cette amitié avec une fille pas comme toutes les autres.

Puis elle grandit Alexie, et rien ne s’arrange. Elle se découvre un talent pour le dessin, l’écriture. Elle s’installe à Montréal mais les attaques de panique arrivent. Elle ne trouve pas sa place. Elle se remet en question. C’est toute cette histoire que raconte l’auteure dans ce livre. Une introspection à coeur ouvert, que certains trouveront sans doute impudique. À mon sens, c’est surtout un acte de courage, de se mettre à nu comme ça.

Ce récit, c’est l’histoire d’Alexie Morin mais c’est aussi notre histoire à nous toutes, à nous tous. L’histoire d’une enfance pas vraiment vécue et qu’on ne pourra pas rattraper. Mais ce qui fait du bien, c’est de voir qu’il y a une vie après ça. Qu’il y a un futur même si on a été un enfant raté, même si l’adolescence n’a été qu’un vaste gâchis passé en tête à tête avec soi-même.

Je l’avoue, je me suis énormément reconnue dans ce récit. Je me suis tellement reconnue que je n’ai pas réussi à l’apprécier à sa juste valeur je crois. Ce qu’Alexie Morin raconte me semble si familier que je me suis souvent dit à moi-même, pendant ma lecture, « oui, et après ? ». Ça aurait été assez simple de condamner ce livre pour cette raison. Puis j’ai réalisé l’intérêt que présente Ouvrir son coeur : il donne une voix à ceux qui, comme l’auteure, ne se sont jamais vraiment sentis en phase avec les autres, et ce par l’intermédiaire d’une écriture simple, limpide et efficace.

Ouvrir son coeur c’est un livre intimiste, qui raconte un peu notre histoire à toutes et à tous. Certains diront que c’est un livre simple, simpliste, que beaucoup auraient pu écrire, la transposition d’un journal intime en apparence banal. Sauf qu’Alexie Morin a trouvé le courage de l’écrire ce livre, elle.

« J’ai très peur des autres. Les autres me sont étrangers. Je ne sais pas comment me faire des amis. Je ne fais jamais le premier pas. Je ne me souviens pas d’une époque où faire le premier pas était en mon pouvoir. Toujours les autres ont dû venir me chercher ».

Ouvrir son coeur, d’Alexie Morin | Le quartanier, 370 pages

  1. Un très très beau billet! Je m’y suis tellement reconnue, moi aussi. À en avoir mal au coeur…
    Je demeure mitigée, et tu comprendras pourquoi en lisant mon futur billet (je cherche encore les mots pour le rédiger!)

    1. Merci beaucoup ! J’ai dû laisser passer quelques jours pour pouvoir écrire ce billet. D’ailleurs je pense qu’il aurait été différent si je l’avais écrit tout de suite. D’autres choses m’ont dérangé mais finalement elle n’ont pas pris le dessus. J’ai hâte de lire ton avis !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.