La revue de presse littéraire #1

J’inaugure aujourd’hui une nouvelle rubrique sur ce blog : la revue de presse littéraire. Pour faire simple, chaque semaine, je publierai une petite sélection d’articles parus dans la presse traitant des livres ou de la littérature et qui m’ont interpelée. Surtout, n’hésitez pas à m’envoyer les articles qui vous ont plu et dont je ne parle pas ici. Allez, c’est parti !

Pourquoi on ne se souvient pas des livres qu’on a lus ?

Sur Slate.fr, on apprend que c’est la faute d’internet, et en particulier des moteurs de recherche, si on ne se souvient pas des livres qu’on a lus et des films qu’on a vus. D’après une étude publiée en 2011, « si une personne sait qu’elle pourra avoir une nouvelle fois accès à une information dans le futur, elle aura tendance à ne pas la mémoriser ». Notre cerveau ne fait donc plus l’effort de se souvenir puisque l’ami Google existe ! Pour ne plus oublier ses lectures, l’article conseille d’abandonner le binge reading et de laisser du temps entre chaque livre. Pour ma part, je vous conseille d’ouvrir un blog, ça reste le meilleur moyen de n’oublier aucune de ses lectures !

Envoyer des livres en Afrique, une fausse bonne idée ?

Une enquête du Monde Afrique révèle que l’envoi aux pays du Sud d’ouvrages édités au Nord pose des questions économiques et éthiques. Le « don sauvage de livres » est pointé du doigt puisqu’il aurait pour effet un appauvrissement de l’offre éditoriale dans les pays concernés. Marie-Michèle Raza, auteure et fondatrice des Editions Jeunes Malgaches, propose une solution alternative aux dons : vendre dans les pays occidentaux les livres récoltés et utiliser cet argent pour acheter des livres produits en Afrique.

Une solution pour donner envie de lire aux ados

Le Huffington Post relaie l’initiative d’une professeure documentaliste d’un collège du nord de la France pour donner envie de lire aux élèves : les prêts surprise. L’enseignante a emballé des livres et écrit sur chaque emballage des mots clés permettant de deviner le thème de l’ouvrage. Cette initiative a suscité un réel engouement auprès des élèves. « Certains en ont même repris le lendemain! », s’est réjouie la professeure.

Quelques librairies ont de leur côté déjà mis en place des achats surprises, c’est par exemple le cas de L’imagigraphe, dans le 11ème arrondissement de Paris. Ce petit côté surprise se retrouve aussi dans le concept de la box littéraire Kube qui permet de recevoir un livre choisi spécialement pour vous par un libraire.

Coup de projecteur sur la bibliothérapie

Le Temps consacre un article passionnant à la bibliothérapie. On apprend notamment que la littérature développe l’empathie car elle « implique les mêmes processus mentaux que ceux qui nous permettent d’interagir avec autrui dans la vie quotidienne ». Par ailleurs,  les grands lecteurs vivraient en moyenne plus longtemps que les gens qui lisent peu voire pas du tout. Mais l’article prévient : le livre n’est pas un médicament, il peut en revanche amener le patient vers « un questionnement, une explication, un soutien ».

2 comments Add yours

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.