Atlantic city | Joy Raffin

Voici encore une lecture choisie au hasard à la bibliothèque. Cette fois-ci, j’en ressors avec un peu moins d’enthousiasme. Atlantic city, de Joy Raffin, est un roman choral qui se déroule, comme son nom l’indique, dans cette ville du New Jersey connue pour ses nombreux casinos.

Atlantic city

Nous sommes le 22 septembre 2017, la ville s’apprête à être frappée par l’ouragan Rita. Deux journalistes sont venus couvrir l’événement. Le livre débute par leur rencontre avec Clarence Gambino, un SDF qui connaît la ville comme sa poche et va leur servir de guide. Roman choral oblige, chaque chapitre donne la parole à un personnage différent. À Gambino succède l’animateur d’une radio locale, le propriétaire de commerces et de restaurants, petit fils d’un mafieux de la ville, une adolescente, une mère célibataire… Chacun a été abîmé par la vie, chacun traîne son ennui et sa misère dans cette ville qui n’a plus grand chose du faste d’antan.

Tous ces récrits entremêlés sont un prétexte pour nous raconter l’histoire de ce lieu dont on a tous entendu parler mais dont au connaît au final presque rien. J’ai appris beaucoup de choses lors de cette lecture, notamment le fait que ce sont des rues d’Atlantic city qui figuraient sur la première version du Monopoly.

Une critique de l’Amérique de Trump

Outre la découverte de cette ville qui semble chère à Joy Raffin, Atlantic city est une critique de l’Amérique d’aujourd’hui. Les personnages que l’on rencontre vivent tous à contre courant du rêve américain. Pour eux, Atlantic city ressemble à une prison sans échappatoire. Ironie du sort sur laquelle le livre insiste : Trump a largement investi dans cet endroit. On apprend d’ailleurs que celui qui dirige aujourd’hui le pays a bénéficié de passe-droits assez incroyables pour construire son casino.

La construction du livre est assez intéressante puisqu’on suit peu à peu l’arrivée de la tempête. Le style est fluide, quoique pas très littéraire. Je pense toutefois que c’est l’effet escompté puisque Joy Raffin donne la parole à monsieur et madame tout-le-monde. J’ai quand même ressentie un certain ennui arrivé à la moitié du livre. Le sujet est intéressant mais il manque un petit quelque chose pour rendre ce premier roman vraiment passionnant. Si vous cherchez un livre qui vous tient en haleine, passez donc votre chemin.

Atlantic city n’en reste pas moins un livre très instructif et une lecture agréable.

« Atlantic city est une ville qui n’abdique jamais. C’est une ville de renaissance, une ville d’espoir, une ville qui connaît ses maux et se soigne ».

Atlantic city, de Joy Raffin | Nil éditions, 272 pages.

Photo d’Oscar Bonilla via Unsplash.

Un commentaire Ajouter le vôtre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.